dimanche 29 mars 2009

Jean-Marc Mantel



Le regard regardé



Ce corps,
Je le regarde,
Je ne suis pas cela.

Ce ressenti,
Je le regarde,
Je ne suis pas cela.

Cette pensée,
Je la regarde,
Je ne suis pas cela.

Ce regardeur,
Je le regarde.
Je ne suis pas cela.

Pour la simple évidence,
Que je suis le regard lui-même.

Janaka dit :
comment le regard pourrait-il se regarder lui-même ?


Jean-Marc Mantel : http://jmmantel.net/

Marigal



A propos de "JE"


..._Quand je dis qu'il n'y a personne, cela veut dire qu'il n'y a pas quelqu'un à l'intérieur de ce complexe corps-esprit, il n'y a ni individualité, ni entité. Mais la personne est là, un ensemble psycho-physique qui pense, élabore des concepts, ressent, et parle éventuellement. Cet ensemble qui dit "je" peut dire aussi "moi". Ce n'est pas quelqu'un-entité mais la personne en tant que globalité, globalité individuelle au sein d'une Globalité qui l'enveloppe et la pénètre totalement._..._Ce "je" qui semble, nous humains, nous faire fonctionner, qu'est-il ou qui est-il ?
"moi", "je", c'est la forme parlée dérivée de l'ego. L'ego est un concept, c'est-à-dire la représentation abstraite d'un objet, qui qualifie l'ensemble de cet objet. Ici, la personne dans son ensemble, l'ensemble physico-psycho-affectivo-mental qui, lorsqu'il se désigne lui-même, dit "moi" et lorsqu'il parle dit "je". Ce "je" désigne ce que désigne l'ego, c'est-à-dire la personne qui parle, l'ensemble de la personne qui, étant donné la complexité de son fonctionnement, a la capacité de penser, dire ce qu'il pense et s'exprime par "je" qui résume la pensée du corps-esprit, de l'individu vivant qui est là.
Cet ensemble qui dit "je", peut aussi dire "moi", un tel ou une telle, une personne, un être en évolution, en devenir, mais non-séparé, non-isolé de l'ensemble de l'univers dans sa totalité. Comme pour tous les êtres vivants, c'est un phénomène surgi de l'Un qui s'exprime en tant qu'oiseau, fleur, insecte, et en tant qu'humain. Mais dans tous ces êtres infiniment complexes, il n'y a pas une entité papillon qui fasse voler le papillon, ni une autre qui fasse chanter l'oiseau, grandir l'arbre, il n'y a pas une entité moi qui fasse fonctionner l'humain._..._De même que l'individuel n'est pas régi par un "je", l'universel n'est pas régi par un "JE". Au coeur de l'Un, au coeur du Tout, au coeur de Cela qui Est, il n'y a pas une entité suprême, un JE qui dirige le monde et auquel notre petit "je", lors de nos expansions de conscience, pourrait s'identifier._...

Extrait de l'article paru dans 3e millenaire

Marigal : http://marigal.free.fr/FR/Accueil.htm

.

vendredi 13 mars 2009

Rencontre avec Jean Bouchart d'Orval



Samedi
21 mars

à Bordeaux


Entretiens avec Jean Bouchart d’Orval


REFLETS DE LA SPLENDEUR



Les innombrables situations de la vie et les émotions qu’elles engendrent n’ont pas à être fuies,encore moins combattues, car elles ramènent toutes à l’émotion fondamentale de l’existence, qui est étonnement, joie, ravissement. Au lieu d’appeler à des efforts pour résoudre un problème finalement inexistant, le shivaïsme non duel du Cachemire invite à cesser de nous approprier (au nom de ce que nous ne sommes pas) l’irrésistible élan qui nous meut, celui-là même qui préside à chaque instant à l’apparition de l’univers. Cette voie de lumière et de pure passion nous parle à partir du cœur, celui de l’existence même : la pure Lumière consciente que nous sommes. Elle nous concerne tous intimement.
Est-ce un hasard si, après un silence de mille ans, ce courant ressurgit précisément à notre époque ? Des reflets qui nous invitent à reconnaître la Splendeur en nous et la refléter en retour.

Cette rencontre sera aussi l’occasion du lancement du livre
Reflets de la Splendeur : le shivaïsme tantrique du Cachemire.

Entretiens et méditation dans un espace intimiste
www.omalpha.com

Samedi 21 mars - 9h30 / 16H
Paricipation financière 50€

Possibilité de pique-niquer sur place

SALLE DE YOGA ELIZABETH RAPAPORT
68 RUE STEHELIN RESIDENCE ALIENOR
BORDEAUX CAUDERAN

Renseignements et Inscriptions:
Jean-Marc Martin
06 16 80 20 93 / 05 56 44 08 78
jmmformations@aol.com

dimanche 8 mars 2009

Le rire


.

A l'instant précis ou nous comprenons une plaisanterie , nous éprouvons un moment d'illumination, il est bien connu que ce moment doit venir spontanément
qu'il ne peut être provoqué par l'explication de la plaisanterie, c'est à dire par une analyse intellectuelle. Ce n'est que par une brève incursion intuitive dans la nature de la plaisanterie que nous faisons l'expérience du rire libérateur.
la similarité entre une vision spirituelle et la compréhension d'une blague doit être bien familière aux illuminés, puisqu'ils montrent presque toujours un grand sens de l'humour.
dans le le Tao te King nous lisons: Si l'on ne riait pas , le Tao ne serait plus le Tao

Fritjof Capra

source : Gottof

Partager