dimanche 14 juin 2015

Nisargadatta Maharaj



Nisargadatta Maharaj est un enseignant spirituel indien, né en 1897 et mort en 1981. 
Ce livre présente des entretiens entre Maharaj et certains de ses disciples qui se sont tenus durant la dernière année de sa vie et qui peuvent donc être considérés comme son enseignement le plus profond. Nisargadatta Maharaj est un des plus grands maîtres du xxesiècle. Son nom est connu de tous ceux qui s′intéressent à la spiritualité indienne grâce à la publication en 1973 d′un livre édité par Maurice Frydman : I am That (traduit en français avec le titre Je suis) qui a conduit dans son petit appartement de Bombay des visiteurs du monde entier. Nisargadatta Maharaj était un homme simple, un petit commerçant de cigarettes, mais l′écouter, c′était se tenir à la source de la sagesse même. 
Dans ce livre, Nisargadatta Maharaj, souvent provocateur, toujours incisif et tranchant, cherche à éveiller ses visiteurs à la conscience de leur vraie nature, allant droit à l′essentiel sans s′embarrasser de préliminaires. 
La spiritualité dont il est question ici est exigeante et n′a rien à voir avec un quelconque développement personnel. Elle est réservée aux chercheurs sérieux qui trouveront là un feu vibrant et vivant. " Maharaj : Ce que j′expose ici n′est normalement exposé nulle part ailleurs. Visiteur : Je le sais ; c′est pour cette raison que je suis là. "

Ed. Almora : Cliclic...

lundi 8 juin 2015

Suyin LAMOUR





Vient de paraître LA JOIE D'ÊTRE de Suyin Lamour. Un récit très vivant, un livre proche, qui s’adresse directement à chacun. En voici un court extrait : 
"Cela faisait environ un mois que ce changement de perception se produisait de temps à autres, notamment dans les lieux publics.
Dans ces moments, tous les jugements s’évanouissaient, je n’avais plus aucune opinion personnelle sur quoi que ce soit ou qui que ce soit, et j’en ressentais une grande légèreté et beaucoup de joie. Ne plus juger le monde, c’était ne plus le voir comme un cauchemar insensé, et je me sentais apaisée, sereine, heureuse du simple fait d’être.
Soudain, quelque chose de totalement inattendu se produisit. Une énergie puissante semblant venir de mes pro
fondeurs psychiques, comme un torrent de feu, envahit mon champ mental en passant par mon cœur. Mon cœur s’ouvrit sous l’impact, dans une pulsation progressive, comme une fleur qui n’en finit pas de s’ouvrir. J’avais presque peur de faire un arrêt cardiaque, mais la sensation était orgasmique.
Autour de moi, tout s’était mis à vibrer. Ça pulsait, ça scintillait. Et je savais que cette énergie qui animait la matière était Conscience, et que c’était cette même essence spirituelle qui envahissait mon cœur et se répandait dans mon corps.
La nuit était tombée, mais dans chaque zone d’ombre cette lumière était là. De multiples points minuscules brillaient, des filaments s’entrecroisaient en tous sens. Tout pétillait, les objets matériels ainsi que l’espace entre les objets. Cette lumière était comme une étincelle d’Amour qui éclairait tout de l’intérieur et me mettait en extase.
Je n’étais plus une conscience en voyage, mais la Conscience de l’univers. J’étais la Conscience en train de s’auto-expérimenter. J’étais le Tout.
Je découvrais que j’étais Dieu.



Partager