samedi 13 mars 2010

Sébastien Fargue en écoutant Pat Metheny...

video


De la vie mentale
à la vie telle que nous la percevons

Il y a savoir, et il y a vivre.
Tant que l’on sait, on ne vit pas.
Vivre, c’est percevoir ce qui est, sans prendre pour vraies les représentations
que la pensée en fait.

Ce qui nous empêche de vivre, c’est la compulsion incessante que nous
avons à vouloir savoir, expliquer et diriger la vie.
Ce qui nous empêche de vivre, c’est la peur incessante de ne pas savoir, de
ne pas pouvoir expliquer ni contrôler la vie.
Nous refusons de nous perdre. Nous voulons nous trouver, nous améliorer.
Nous croyons que nous sommes incapables
ou que nous maîtrisons la situation.
Nous croyons que l’abandon de la lutte va nous transformer en fainéants, en
mauviette ou en animal.
Nous croyons, nous croyons, nous croyons...

Être présent, percevoir ce qui est sans préjugés, ni suppositions nous permet
d’en goûter la substantifique moelle. Vivre, c’est avant tout percevoir
consciemment. Si nous ne sommes plus conscients, l’essentiel demeure
voilé, et nous errons comme des enfants égarés à la recherche
de l’amour ou du bonheur.

La libération, la présence est une question de perception, et non une
question de conception. La pratique désintéressée de la présence nous ouvre
instantanément la porte de la réalité. La pratique de la présence, c’est nous
réhabituer à être conscients de ce qui arrive dans l’instant présent,
c’est tout.

Sébastien FARGUE


Rencontre avec Sébastien Fargue à Bordeaux

Vendredi 23 avril en soirée à 20h
264 cours de l'Yser (place Nansouty)
Atelier les 24 et 25 avril
salle de yoga Elizabeth Rapaport Bordeaux-Caudéran

Retraite dans les Landes (40)
du 24 au 29 Aout 2010

Renseignements : Jean-Marc 06 16 80 20 93 / 05 56 44 08 78

Aucun commentaire:

Partager