dimanche 28 mars 2010

Marc Vella à Bordeaux



Bordeaux du 09 au 11 avril

En faveur des orphelins de Madagascar pour l'ACH
Marc VELLA en concert : Sa venue est programmée pour les 9, 10 et 11 avril prochains. La totalité des bénéfices générés par ces concerts sera versée au profit de l'ASSOCIATION ACH MADAGASCAR;
Ci-dessous détail des manifestations :
. 9 AVRIL 2010 A 20 H 30 : concert à l'Eglise Notre Dame, rue Mably à Bordeaux (capacité d'accueil 400 places) : participation 15 € à partir de 12 ans
. 10 AVRIL 2010 A 15 A 17 H ; présence de MARC VELLA et de son piano devant le Miroir d'Eau à Bordeaux (pas de participation financière)
. 11 AVRIL 2010 DE 11 H A 17 H : Croisière (en direction de Blaye ou de Cadillac selon la marée) et concerts de MARC VELLA sur la péniche "LE ROYAL" , (capacité d'accueil 75 places dont une quarantaine sont d'ores et déjà retenues) un repas gastronomique sera servi à bord. L'embarquement se fera Quai de Queyras à Bordeaux. : participation 60 € par personne (cette participation donnera au titulaire la possibilité d'assister gratuitement au concert du vendredi)
. Un mail a été mis en place pour les réservations et renseignements : reserv.mvella.bx@orange.fr

janine.Wyss@orange.fr


La Caravane Amoureuse selon Marc Vella

Marc Vella : Concepteur du projet.

Prix de Composition à Paris.

1° prix de composition à Rome au TIM 1999.

Pianiste itinérant. A parcouru plus de 120 000 Kms en 18 ans, à la rencontre des peuples et des musiques, avec son piano à queue, sur les routes du monde.

.Nous avons réalise printemps 2002, en partenariat avec le Conseil Général de Gironde et la Citram, un « Paris Dakar » avec mon piano a queue dans un autobus, afin de rencontrer a la fois les musiciens, griots, djelys, gnaouas, soufis, etc…et les hommes et les femmes des pays traverses.
Nous étions 7 hommes, un chauffeur organisateur, un chauffeur mécano, un réalisateur cinéma, un chef opérateur, un technicien piano, un guide mauritanien et un pianiste compositeur.
Ce fut un voyage merveilleux, au rythme du regard, a la quête de la beauté du monde.
(Retrouvez Sahara 2002 sur le site http://www.marcvella.com).

Chaque fois que je raconte mes voyages, il y a toujours quelqu’un pour me dire : « Ah ce que j’aimerai me transformer en petite souris pour me cacher dans un coin de ton piano et vivre tout ça ! » Aussi, suite à notre aventure, j’allai voir le directeur de la Citram Aquitaine qui nous avait donné le bus. Il avait été vraiment emballé par notre histoire en la suivant au quotidien sur Internet. Quand je lui demandai deux autres bus pour réaliser notre nouveau projet, La Caravane amoureuse, il n’hésita pas une seule seconde.

Nous allons partir avec 3 bus au printemps 2004, dans lesquels il y aura toutes sortes de gens, artistes du regard. L’important c’est que les hommes et les femmes qui partiront dans cette aventure aient le désir de vivre la rencontre, de donner et d’être réellement à l’écoute de l’autre. Avoir le sens de l’autre, c’est surtout cela être artiste. C’est un regard sensible qui sera porté sur la différence, pas de jugement, mais juste exprimer l’émotion face à la beauté du monde, à la beauté des êtres.

Bien sûr, cela peut sembler naïf de parler de la beauté des Hommes, alors qu’à longueur de temps les média diffusent et divulguent l’horreur. Et pourtant, malgré cette réalité, l’être humain est sublime. Les XIX et XX° siècles ont été fantastiques, car l’homme a réalisé des explorations formidables telles que : Aller au fond des océans, vaincre les plus hautes montagnes, voler, aller sur la lune… Le XXI° siècle sera l’exploration de l’Homme, avec ce même regard de fascination, de respect, qu’ont eu les grands explorateurs, cela, malgré les différences socioculturelles qui parfois nous séparent cruellement. En vérité, malgré les apparences, le cœur des êtres est le même. Se dissimulent à l’intérieur les mêmes peurs, les mêmes rêves, les mêmes espérances.

Nous sommes parfois maladroits, à cause de nos désirs. Dans certains pays, le simple fait d’oser le désir peut coûter la vie. En Europe, nous ne lapidons pas les femmes mais tant de culpabilités, tant de médisances sur ceux qui osent la vie.
Quand nous chavirons et trébuchons devant la beauté des êtres et des instants qui nous sont donnés, plutôt que de juger et condamner comme nous l’avons toujours fait, apprenons à avoir un regard ému devant l’expression de ces bouleversements qui nous rendent si fragile. En la fragilité se dissimule toute la grandeur de l’Homme. Juger n’a jamais fait grandir personne. Par contre, cela a renforcé la peur d’oser l’autre, d’oser soi, d’oser la vie. Cela a renforcé l’hypocrisie et la culpabilité du monde. Du coup l’humain se révolte, se détruit, la colère et la rancœur s’installent dans son cœur. L’ennemi est partout, c’est soi, c’est l’autre.

La caravane amoureuse ne prétend rien, n’a aucun message à donner et n’a rien à vendre, si ce n’est d’exprimer un profond respect pour chaque être humain.

Nous irons vers la beauté des paysages, la nudité intérieure de l’Homme, sa poésie, sa grâce, nous essayerons d’en saisir la cohérence, l’intelligence. La caravane amoureuse, ce seront des hommes et des femmes qui partiront à la rencontre des hommes et des femmes afin d’apprendre à partager dans la délicatesse, l’humain. Evidemment, le but pour les artistes « amoureux », sera d’être comme une sorte de « Sésame » qui nous permettra d’entrer dans le cœur des villes, dans le cœur des êtres. En collaboration étroite avec les pays traversés, s’établiront des échanges de regards, de désirs, d’art…Des échanges de vie !!!

Je reste convaincu que la seule façon de faire grandir l’humanité, c’est de la rendre amoureuse d’elle-même en montrant sa beauté.

Cet « autre regard » porté sur le monde, sur l’autre et sur soi, ce regard plus léger, plus sensible, est sans doute une clé de la plus haute importance quant à la réalité de notre futur.

Dans ce projet « fou » de la caravane amoureuse, je ne nourris aucun espoir et ne me fais aucune illusion. Je sais bien que je ne verrais pas de mon vivant cette humanité merveilleuse à laquelle je crois, mais résolument tant que j’aurai des forces, je sème cette conviction autour de moi. Des personnes bien intentionnées parfois essayent de me ramener à la raison en me disant que rien ne fera changer l’être humain. Ils me regardent avec tristesse comme si j’étais un pauv’ gars naïf. D’autres ont la certitude que l’humain n’est qu’un accident de la vie, une sorte de parasite qui subit sa réalité chimique, ni plus, ni moins. L’âme ? Qu’est-ce que c’est ? Jamais vu. D’autres encore soutiennent que l’Homme n’est qu’une marionnette manipulée sans prise sur sa destinée.

Peut-être ont-ils raison. Mais ce que je sais, moi, c’est que l’on devient dans la vie ce que l’on veut être. Si l’on ne veut rien être, on ne sera rien. Il en va de même pour l’humanité. Si l’on ne veut rien pour elle, alors rien ne changera et la détresse du monde grandira face à cette grave démission.

Site

Aucun commentaire:

Partager